Le don d’organes

De leur vivant, en pleine conscience de la fragilité de la condition humaine, certaines personnes souhaitent qu’à leur mort, la mort n’ait pas le dernier mot, et décident que de leur mort pourra naître la vie pour quelqu’un d’autre, ou pour plusieurs autres personnes, ce qui est régulièrement le cas. Par leur choix, les donneurs nous montrent qu’en disparaissant, ils laissent une place magnifique à la vie. Ils nous plongent au coeur de la plus belle aventure humaine : l’amour qui, conscient de sa fragilité et de sa vulnérabilité, accepte de se propager, de se partager.


Le don de tissus

Les grands brûlés, les malvoyants, certains diabétiques, cancéreux, ou malades cardiaques ont parfois besoin d'une transplantation de tissus (peau, valves, cornées, cellules). Comme pour les dons d'organes, c'est aussi la loi du 13 juin 1986 qui régit les modalités de consentement et les conditions de prélèvement de ces tissus.

Ils sont ensuite conservés dans des banques de tissus ou de cellules, agréées par les pouvoirs publics (loi du 15 avril 1988), et chargées du traitement et de la préservation des tissus et des cellules, du contrôle interne de leur qualité, de leur stockage et de leur distribution.



Dois-je faire connaître ma décision à mes proches ?

Oser parler du don d’organes autour de soi, à commencer en famille, c’est oser parler de ses solidarités, de la force qui nous pousse vers l’autre ou vers les autres.

C’est aussi ne pas surprendre son entourage, ne pas le forcer à prendre des décisions à la hâte pour vous, lorsqu’ils sont sous le choc du décès. 


La maman d’un donneur disait ceci à la RTBF : « Trop de personnes considèrent la mort comme un tabou et, notamment, le don d’organes. Or, si on pouvait justement envisager qu’un jour nous mourrons tous, et en parler calmement, comme d’une chose courante de la vie, à ce moment-là, tout se passerait beaucoup plus facilement. » (Bernadette Hottat, maman de Marc, à Pascale Bollekens, JT du 14 octobre 2005)


Le don post-mortem

© Hepatotansplant Bruxelles-Brussel et UCL Saint-Luc, UTRAGENDO, 2012

Don vivant Don