Le don extrême d’un organe entre parents et enfants, entre membres d’une même famille ou visà-vis d’un étranger n’est bien sûr pas la seule façon de venir en aide de son vivant à des patients en difficultés.

Le don de sang

Chaque année en Belgique quelque 250.000 personnes ont besoin, en raison de problèmes de santé, d'une transfusion de sang ou de produits dérivés de celui-ci (plasma, plaquettes).

Jusqu'à présent, grâce à ses 400.000 donneurs, le pays arrive à fournir tous ses établissements de soins. Néanmoins, la Croix-Rouge de Belgique fait régulièrement appel à de nouvelles recrues. Vous devez pour cela être âgé entre 18 et 65 ans, peser plus de 50 kg, être en bonne santé et ne pas être porteur de maladies transmissibles par le sang. Pour connaître les endroits de collectes proches de votre domicile, vous pouvez appeler gratuitement le 0800 92 245 ou consulter le site du Service du sang. Celui-ci gère la collecte, la gestion et la distribution du sang en Belgique.


Le don de cellules souches et de moelle osseuse

Les greffes de moelle osseuse et de cellules souches sont destinées au traitement de maladies graves comme la leucémie. Les patients ne peuvent être transplantés qu'avec les cellules souches d'un donneur du même groupe tissulaire, or il existe des milliers de combinaisons possibles. La probabilité de trouver un donneur compatible est donc très limitée. Aussi, plus il y aura de donneurs potentiels, plus on pourra venir en aide aux malades qui en ont besoin. Appel pressant est aussi lancé aux candidats donneurs.

Les conditions préalables pour devenir candidat donneur sont les suivantes : être en bonne santé et avoir entre 18 et 50 ans. Il faut ensuite remplir un formulaire de consentement (révisable à tout moment), faire une prise de sang pour déterminer son groupe tissulaire et se faire enregistrer dans le registre belge des donneurs de moelle ou de cellules souches.

Aujourd'hui, la greffe de cellules souches est plus répandue que celle de moelle. Le prélèvement est en effet moins lourd (il se fait par voie cutanée alors que pour la moelle, une anesthésie générale s'impose) et pour le patient, le traitement s'avère plus rapide.

Pour en savoir plus et connaître les centres belges de transplantation, référez-vous aux informations fournies par le Service du sang de la Croix-Rouge de Belgique.


Le don d’organes

Sous réserve de la compatibilité sanguine et tissulaire, le don d’organes est également possible du vivant des donneur et receveur : par exemple un parent qui donne un rein ou une partie de foie à son enfant malade, à son conjoint ou sa conjointe; dans le cas de certaines maladies génétiques, la greffe domino permet à une personne de donner un organe devenu nocif pour elle-même à une autre personne qui n’en souffrira pas et en recevoir elle-même un autre d’une personne décédée. Les donneurs vivants, dans leur magnifique geste de solidarité, permettent la poursuite normale de la vie et le mieux-être des deux partenaires de ce cadeau de vie.

Le don entre vivants

© Hepatotansplant Bruxelles-Brussel et UCL Saint-Luc, UTRAGENDO, 2012

Don post-mortem don