© Hepatotansplant Bruxelles-Brussel et UCL Saint-Luc, UTRAGENDO, 2012

 Vestibulum | Sed vulputate

Francine Roggen, coordinatrice, nous explique l’après-transplantation aux Soins Intensifs

Les Soins Intensifs

Ndlr : On peut aussi se référer au document d’information sur les soins intensifs  (cliquez sur le texte souligné pour atteindre le document) établi par les cliniques et qui est tout à fait complémentaire à ce qui est dit ici.


Après une aussi longue opération et une profonde anesthésie, vous vous réveillez lentement en Soins Intensifs. Se réveiller veut dire que le nouveau foie est en train d’éliminer à un rythme soutenu les produits anesthésiques, se réveiller veut donc aussi dire que même votre premier souci « mon nouveau foie fonctionne-t-il ?» peut être oublié.


Sans doute, au cours des premières heures, êtes-vous encore un peu « dans les vapes», déconnecté(e) de la réalité. Vous entendez des bruits inconnus et des alarmes; du personnel soignant en habits verts (docteurs et infirmières) s’empresse et s’active auprès de votre lit.


Quelques machines stridentes appartiennent au décor habituel.


Vous ne pouvez pas bien bouger car vos mains sont peut-être attachées (par évidente précaution) pour éviter que vous n’arrachiez les conduits qui vous gênent, sans même en être conscient(e).

Un tuyau bleu clair comme un cigare dans la bouche vous empêche de parler durant les premières heures, car vous êtes alors encore relié(e) au respirateur artificiel.


Restez aussi calme que possible (essayez de vous représenter cette situation avant l’opération, cela vous aidera). La personne qui est calme peut écouter attentivement ce qu’il lui est dit et peut aussi d!un geste sûr indiquer ce qui cloche, ce qu’elle veut savoir.


Après quelques heures déjà, si tout suit son cours normal, les premières connexions vous sont enlevées et en premier lieu le tuyau de la respiration artificielle, de sorte que vous pouvez à nouveau parler.

Lorsque vous êtes bien réveillé(e) et que vos fonctions vitales travaillent à la satisfaction des médecins, vous pouvez regagner l’Unité de Soin à l’étage, peut-être dès le premier jour après l’opération !


Parfois un patient doit rester quelques jours de plus en Soins Intensifs. Les raisons les plus courantes en sont un problème pulmonaire (arrêtez donc à temps de fumer), l’insuffisance rénale passagère, un foie qui fonctionne au départ moins bien que prévu ou un éventuel problème technique (par exemple, une hémorragie).


Lorsque vous pouvez retourner en chambre, l’infirmière ne doit plus enlever que les électrodes et le cathéter artériel de votre bras. Vous pouvez retourner en chambre avec plus rien d’autre qu!une perfusion dans le cou, un drain dans le flanc droit, une sonde dans l’estomac et parfois encore une sonde urinaire.


La sonde gastrique est enlevée lorsque les intestins se réveillent (après environ 1 à 3 jours). Ce même jour, vous pouvez boire quelque peu et le lendemain vous sera servi votre premier repas léger. Auparavant, des glaçons et quelques gorgées d’eau auront apaisé le très pénible sentiment de soif.


Les drains abdominaux vous seront enlevés lorsque plus aucun liquide ne s’écoulera (2 à 5 jours).


Le retrait des cathéters ne fait pas vraiment très mal – vous recevrez auparavant un calmant – et le désagrément n!est que de courte durée.


Lorsqu’un patient quitte les Soins Intensifs, j’entends souvent un soupir de soulagement.

Dans ce soupir, j’entends la joie car c"est un évident progrès : j’entends aussi l’attente du calme de la chambre, la joie parce que la famille peut désormais rester plus longtemps en visite et j’entends aussi le soulagement parce que la série d’actes médicaux assez agressifs est enfin terminée.

L'information pré-sortie L'opération